Venez découvrir l’exposition « Les bureaux de demain » au siège de l’EPA.

Le Prix Eco-Vallée a été décerné à des étudiants de la Sustainable design School, qui ont livré à l’EPA Eco-Vallée Plaine du Var leur vision du bureau idéal au sein de l’immeuble ANIS.

L’exposition est présentée au siège de l’EPA jusqu’au 02 septembre*.

 

 « Imaginez le bureau idéal à travers le nouveau programme immobilier ANIS au sein de la technopole urbaine Nice Méridia », telle est l’invitation à la réflexion et à la projection que les architectes Dimitri Roussel & Nicolas Laisné, le promoteur Pitch Promotion S.A, la société Le Sommer Environnement et l’Etablissement Public d’Aménagement (EPA) Eco-Vallée Plaine du Var ont lancée aux étudiants de l’école « Sustainable Design School » (SDS). Le « Prix Eco-Vallée » a été décerné le 14 juin dernier au groupe d’étudiants qui a proposé des espaces de travail, des circulations et du mobilier épousant l’esprit d’innovation, de développement durable et de vivre ensemble promu par l’Eco-Vallée. Le jury était composé de représentants de l’EPA, du groupe Pitch Promotion S.A, promoteur du bâtiment ANIS, de l’agence d’architectes l’ayant conçu, et de la Métropole Nice Côte d’Azur.

Les étudiants exposent leurs planches de travail et maquettes jusqu’au 02 septembre au siège de l’EPA*.

 

Ce projet ainsi que le « Prix Eco-Vallée » récompensant le lauréat ont été imaginés dans la démarche collaborative qui est à l’honneur pour la future technopole de Nice Méridia. « Ce partenariat avec la Sustainable Design School de Nice est à l’image de Nice Méridia. Il s’agit de créer les conditions d’une fertilisation croisée des mondes de la recherche, de l’enseignement et de l’entreprise et innover dans la façon de penser la ville et ses quartiers » indique Pascal Gauthier, directeur de l’EPA Eco-Vallée Plaine du Var.

Nice Méridia, comme les cinq autres projets menés par l’EPA Eco-Vallée Plaine du Var, répond à une démarche de développement urbain durable qui s’articule autour de quatre axes stratégiques : créer des bâtiments exemplaires, organiser les déplacements humains, développer l’autonomie énergétique et incarner la ville intelligente du futur. L’EPA Eco-Vallée qui pilote ce projet urbain inédit qui court de la méditerranée au Mercantour, sur 10 000 hectares, y développe également une démarche de participation pour favoriser les synergies et fabriquer la ville ensemble et autrement.

Associer les étudiants à la fabrication de la ville 

Christian Terrassoux, Président Directeur Général du Groupe Pitch Promotion S.A et son équipe dirigée à Nice par Franck Chantereau, les architectes Dimitri Roussel et Nicolas Laisné, lauréats de la consultation en 2015 de l’îlot 2.1 pour le bâtiment ANIS, au sein de la technopole urbaine, ont imaginé un immeuble de commerces et de bureaux avec terrasses (6.800 m² de bureaux en R+8). Son architecture est animée par des façades végétalisées aux couleurs changeantes selon les saisons. Les circulations sont repoussées à l’extérieur pour optimiser l’agrément et le ratio des parties communes. Avec plus de 20 millions d’euros d’investissements, un peu plus d’un an de travaux (livraison premier semestre 2018), l’immeuble ANIS symbolise la nouvelle génération de l’immobilier de bureaux. Adapté au climat méditerranéen, il présente des terrasses et des plateformes extérieures conçues pour travailler dehors. ANIS vise une certification BREEAM Very Good et des performances énergétiques RT 2012 -20%.

Pour l’équipe de maîtrise d’œuvre d’ANIS « Les pistes remises par le groupe d’étudiants lauréat pourront nous servir de base de réflexion dans l’aménagement. Dans ANIS, les circulations se font par l’extérieur avec de nombreux escaliers. Les étudiants ont proposé de leur ajouter d’autres fonctions comme celles d’y travailler  en imaginant des chaises et tablettes qui se clipsent aux marches ! Il y a beaucoup d’idées nouvelles et nous allons les étudier ».

La vision du bureau idéal selon les étudiants de The Sustainable Design School

Installée au sein de Nice Méridia depuis 2015, l’école « Sustainable Design School »  dirigée par Maurille Larivière a mis en place une méthode pédagogique et une approche globale et créative dédiée à des scénarios. Elles permettent de repenser ou de découvrir de nouveaux usages, d’imaginer des services originaux, de créer des produits et souvent des « business models » pertinents, dans le contexte actuel de croissance verte. Cette méthodologie se partage avec les autres métiers de l’innovation : les sciences sociales, l’ingénierie, l’architecture, le marketing, le management… et de façon internationale.

Deux groupes constitués d’étudiants en Master de l’école SDS issus de formations diverses en architecture, ingénierie, sociologie, géographie… se sont penchés pendant six mois sur l’histoire et l’évolution des usages du bureau, les besoin des usagers (salariés à leur compte, dans une grande entreprise, dans une start-up…), les possibilités qu’offrait le bâtiment ANIS (à l’intérieur et à l’extérieur), son environnement paysager et régional afin de proposer du mobilier, des cloisons, un travail sur la lumière et la répartition des espaces au sein d’ANIS, sur l’ergonomie, l’éco-construction. La porosité entre sphère privée et professionnelle leur a paru importante, afin de créer un lieu de travail aux conditions privilégiées.

Pour Corentin Le Guay, membre du groupe lauréat, l’imagination était à l’œuvre : « On a proposé plusieurs planches de prospective avec toujours une question en tête «  Comment concevoir une vie épanouissante grâce à son espace de travail ? On a retourné la question ! ».

Le groupe lauréat a campé 4 espaces : des espaces vivants (lieux de vie plus ou moins bruyants), des espaces plus intimistes (comme la bibliothèque), des espaces interactifs (connectés avec des écrans), et des espaces de réunion. Ils sont tous attelés à des espaces extérieurs. Le mobilier est facilement déplaçable, à usage individuel et collectif. Des bureaux triangulaires, hexagonaux ou carrés permettent de créer des tables de travail différentes en fonction de la configuration des échanges souhaités. La question des branchements ne se pose plus, la connectique est intégrée dans le bureau et un bureau peut en alimenter un autre pour former une communauté de travail.

Les cloisons prennent la forme d’un mur d’eau qui crée une ambiance sereine et un fond sonore tout en régulant l’humidité ou la chaleur des espaces via les réseaux d’alimentation des ordinateurs (source de chaleur). Elles se dessinent également en mur de sièges qui empilés insonorisent par exemple la bibliothèque, et sont en libre-service pour occuper l’espace. Les étudiants ont également puisé dans le patrimoine régional pour proposer des cloisons en forme de tranche de citron (de Menton) qui se déploient comme des éventails.

Un travail sur le mobilier a été proposé. Des chaises peuvent se « clipser » aux marches des escaliers extérieurs pour travailler aisément dehors, s’isoler et profiter du panorama. D’autres se transforment en« cabine téléphonique » pour ne déranger ses collaborateurs.

 

Pour Pascal Gauthier, Directeur Général de l’EPA Eco-Vallée Plaine du Var, « Nice Méridia est un véritable fab lab urbain. La créativité est à l’honneur et le jury a apprécié les possibilités de réalisation de ces idées très fertiles pour ANIS mais aussi inspirantes pour les futurs programmes ».

 

Exposition « le bureau idéal » jusqu’au 02 septembre à l’EPA Eco-Vallée Plaine du Var

*Exposition ouverte au public du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 17h, jusqu’au 02 septembre 2016 inclus. Immeuble Nice Plaza- 455 Promenade des Anglais- 06205 Nice Cedex 3 - 04 93 21 71 00.